La patate douce

La patate douce

La patate douce

dite  “douce” ou “sucrée”

D’une biodisponibilité riche et variée, en plus de ses multiples propriétés anticancer, anti-inflammatoires et antioxydantes, sa fonction hépatique et ses remparts contre les maladies cardio-vasculaires, la patate douce est particulièrement riche en vitamines A et B6, en cuivre et en manganèse. Voire même ses anthocyanines ont démontré une activité antioxydante supérieure à celle de la vitamine C.

Elle doit à sa chair de couleur orange de grandes quantités de bêta-carotène. Celui-ci est un précurseur de la vitamine A (c’est-à-dire que le corps le transforme en vitamine A selon ses besoins).

La patate douce serait donc un aliment de choix dans la prévention des carences en vitamine A.

De plus, grâce aux composés phénoliques et aux anthocyanines qu’elle contient, la patate douce, pourrait prévenir et diminuer l’oxydation du « mauvais » cholestérol, un facteur de risque des maladies cardiovasculaires.

De même que des composants amélioreraient la fonction du foie chez des hommes souffrant d’une hépatite et diminuerait les taux d’enzymes hépatiques (celles-ci étaient des indicateurs de lésions ou de maladies hépatiques).

En outre, il a été démontré que  l’ingrédient « antidiabétique » de la patate douce stimulait la réponse immunitaire en augmentant la prolifération des lymphocytes et la fonction phagocytaire, deux systèmes de défense de l’organisme.

Enfin, certains de ses pigments ralentiraient la détérioration de la fonction cognitive et renverseraient certains troubles de la mémoire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *